26 juin 2007

un compte rendu d'Edith Rappoport

Le Théâtre de l’Unité travaille depuis des mois avec le Centre socio-culturel d’Étouvie qui fête son quarantième anniversaire autour du projet de destruction d’une tour de vingt étages, désaffectée depuis quatre ans. Plusieurs centaines de personnes sont rassemblées au pied de la tour, familles, enfants, badauds, très colorés. Sur un plateau Jacques et Valérie présentent l’événement avec Marcel en directeur de cabinet du maire d’Amiens, et Philippe en professeur américain décrivant le processus d’écroulement de la tour par infra-sons. Le compte à rebours de l’écroulement est commencé et des habitants surgissent aux fenêtres, clamant leur révolte et leur refus de laisser disparaître cette tour qu’ils ont habitée, où ils ont grandi, où ils ont été heureux. Le directeur de cabinet du maire fait appel au GIGN pour faire évacuer la tour. Ils descendent en rappel, escaladent les fenêtres, se font repousser par les insurgés. Les fenêtres s’illuminent, il y a des très belles montées lyriques, les habitants déroulent des banderoles, martèlent un slam. On fait appel à des élus pour monter dans une nacelle, signer un engagement pour le quartier sur une banderole. Chose émouvante, Maxime Gremetz, le député et son rival de droite, montent ensemble dans la nacelle pour signer l’engagement. Du vrai, du grand, du beau théâtre épique.

Posté par tavuki à 10:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur un compte rendu d'Edith Rappoport

Nouveau commentaire